Discussion d’une créance par le mandataire judiciaire : contenu de l’avis notifié au créancier

JURIFISC APJLorsque le mandataire judiciaire conteste tout ou partie d’une créance déclarée, il doit en aviser le créancier intéressé par lettre recommandée avec accusé de réception et l’inviter à faire connaître ses explications (C. com., art. L. 622-27 et R. 624-1). Le créancier doit alors répondre au mandataire judiciaire dans le délai de trente jours à compter de la réception de la lettre. Cependant, la lettre du mandataire judiciaire doit comporter les mentions indispensables pour valoir contestation et faire courir le délai de trente jours.
En l’espèce, un affactureur avait déclaré une créance au titre d’un encours de factures non réglées et le liquidateur lui avait demandé de lui adresser une déclaration de créance rectificative tenant compte des encaissements réalisés. La banque n’avait pas répondu dans le délai de trente jours de l’article L. 622-27 du Code de commerce mais la cour d’appel, approuvée par la Cour de cassation, a considéré que la lettre du liquidateur n’avait pas fait courir le délai de trente jours.
En effet, la Cour de cassation rappelle que « la lettre du mandataire ou du liquidateur judiciaires doit préciser l’objet de la discussion ; (…) la contestation du montant de la créance à admettre ne peut porter que sur celui existant au jour de l’ouverture de la procédure collective ; (…) la lettre (…) qui se bornait à solliciter une déclaration de créance rectificative tenant compte des encaissements réalisés ne discutait pas la créance au sens » des articles L. 622-27 et R. 624-1, alinéa 2, du Code de commerce.
JCl. Procédures collectives, synthèse 30 – Sources : Cass. com., 13 mai 2014, n°  13-14.357

Comité social : les licenciements économiques : procédures, méthodes et préconisations dans les entreprises de -50 salariés

logoLe comité social de l’Ordre des Experts Comptables de la région a organisé, hier, à Chartres, une réunion d’information sur le thème  » Licenciements économiques : procédures, méthodes et préconisations dans les entreprises de -50 salariés « , animée par Gérard LASSAUX, Expert Comptable.

Lorsque l’entreprise est confrontée à la nécessité d’une restructuration interne avec suppression de poste ou modification de contrats de travail, la procédure à suivre doit être définie de façon très rigoureuse. En effet, les risques et les coûts associés à un défaut de procédure sont très lourds.

Une douzaine d’Experts Comptables et de collaborateurs de cabinets ont assisté à cette réunion très enrichissante.