Des patrons de TPE parlent de leur Expert Comptable

Les très petites entreprises, TPE, qui représentent 95 % de notre tissu économique, vont être à l’honneur lors du prochain congrès de la profession à Marseille en octobre prochain. Comment aider davantage ce poumon de l’économie ? Ce sera le grand thème du 66e Congrès de l’Ordre des Experts-Comptables qui restent les interlocuteurs privilégiés de ces entreprises au potentiel incontournable.
Elles ont chacune leur profil et aucune ne vit la même situation. Les TPE sont toutes différentes, avec à leur tête un chef d’entreprise bien distinct qui a donné vie à son projet, parfois seul. L’expert-comptable peut donc appliquer certaines techniques identiques pour établir ses comptes mais en ce qui concerne la stratégie à adopter, il doit appréhender chaque cas avec diplomatie et psychologie. Une entreprise en difficulté n’a pas besoin des mêmes conseils qu’une entreprise qui se porte bien en apparence, mais qui ne songe simplement pas à se développer. Amener certains chefs d’entreprise à anticiper l’avenir, à prendre du recul alors qu’ils sont au coeur de l’action, les rassurer s’ils manquent de confiance en eux, les inciter à se poser pour réfléchir,tout cela n’est pas chose aisée. Un rôle difficile que doit jouer de plus en plus la profession si elle veut conquérir de nouveaux marchés et étendre son influence auprès de ses clients.

Article publié dans le SIC n°295-Avril 2011

Etre expert comptable stagiaire, en temps de crise. Génération Y, l’Expert Comptable de demain

Deux rendez-vous gratuits, premier bilan

Il y a un an, l’Ordre des Experts Comptables de la région d’Orléans initiait, à l’attention des créateurs d’entreprises, l’opération « 2 heures pour bien débuter ». Deux consultations gratuites chez un Expert Comptable de son choix, pour valider son projet et juger de l’utilité des services de la profession.
Sans véritable surprise, le succès est au rendez-vous avec des consultations dans les quatre départements (Cher, Eure et Loir, Loir et Cher et Loiret), de la région ordinale.
Dans les grandes lignes, 44% d’entre eux concernent des projets de commerce, 33% les services, 6% la restauration et 6% l’artisanat.
Les banquiers voient d’un bon œil cette opération à laquelle certains établissements se sont même associés. C’est le cas de la Caisse d’Epargne qui y trouve l’occasion d’un dialogue avec les Experts Comptables. « Nous avons évidemment un œil bienveillant sur les projets accompagnés d’un Expert Comptable, explique Laurent Auberger, directeur du marché professionnel. Quand l’étude de marché est accompagnée d’un prévisionnel sur trois ans, c’est une sécurité qui encourage la confiance de tous les partenaires financiers, dont les banques ».

Garder son libre choix
Jérôme Gosseaume
(Cabinet d’expertise comptable) a lui-même reçu des candidats : « De la qualité de ce premier contact, dit-il, dépend souvent la poursuite ou non de la relation entre l’Expert – Comptable et l’entrepreneur. Mais rappelons que ce dernier n’a aucune obligation de donner suite ».

Dans cet esprit d’accompagnement, les chambres consulaires rappellent aussi durant les stages de créateurs, l’intérêt du cabinet d’expertise comptable dans « l’analyse de la faisabilité et des options tant juridiques, fiscales que sociales ».
Quant au choix de la banque, même neutralité, insiste Jérôme Gosseaume, « la banque personnelle du créateur est souvent la première consultée, mais l’esprit de concurrence prévaut toujours ».
L’opération est donc concluante et se poursuit comme prévu.

Le Rôle de la Commission Entreprises

Patrick IMBERT, Expert Comptable, explique les missions de la Commission Entreprises.

Innover pour mieux manager ! Rendez-vous le 20 septembre 2011 à Blois

L’Ordre des Experts Comptables de la région d’Orléans organise son Assemblée générale le 20 septembre 2011 à la Halle aux Grains de Blois sur le thème "Innover pour mieux manager !"
Programme :
17h00 Intervention de Frédérick GERSAL, historien et journaliste sur France 2 et France 3, reconnu comme l’un des meilleurs connaisseurs de l’hexagone vous parlera de l’innovation au travers de l’histoire, du chiffre, du conseil, de Blois et de sa région. 

18h15 : Théâtre « Manager, Motiver, Innover» une pièce de Christian POISSONNEAU
 "L’hôtel CATEZ décline. Les chiffres chutent, doucement mais régulièrement, depuis plusieurs années. La démotivation rampe ; certains osent même partir sans y être invités. Le CATEZ est resté trop longtemps assis sur ses lauriers en omettant l’innovation dans ses axes stratégiques."

Si vous souhaitez participer à ces deux moments forts, merci de contacter le secrétariat au 02.38.24.09.24

 

Plus de 160 créateurs ont déjà bénéficié des deux consultations gratuites offertes par les Experts Comptables de la région

En savoir plus sur l’opération

Modification de la réglementation des stages

Outre de nombreuses dispositions visant à favoriser le développement de l’alternance, la proposition de loi relative au développement de l’alternance et de la sécurisation des parcours professionnels dite « Cherpion » transpose certains articles de l’accord national interprofessionnel du 7 juin 2011 encadrant les stages : elle crée une section consacrée aux stages dans le Code de l’éducation et modifie le Code du travail en conséquence.
La loi prévoit expressément que les stages ne peuvent avoir pour objet l’exécution d’une tâche régulière correspondant à un poste de travail permanent de l’entreprise. Pour éviter cela, l’accueil successif de stagiaires, pour effectuer des stages sur un même poste, n’est possible qu’à l’expiration d’un délai de carence égal au tiers de la durée du stage précédent (sauf rupture avant le terme imputable au stagiaire).
Par ailleurs, un même stagiaire ne peut effectuer dans la même entreprise un ou plusieurs stages dont la durée excède 6 mois par année d’enseignement. Deux dérogations sont prévues : l’une pour le stagiaire interrompant momentanément sa formation pour exercer des activités visant exclusivement l’acquisition de compétences en lien avec cette formation ; l’autre pour le stage prévu dans le cadre d’un cursus pluriannuel de l’enseignement supérieur.
Lorsque le stage a une durée supérieure à 2 mois consécutifs ou, au cours d’une même année scolaire ou universitaire, à 2 mois consécutifs ou non, le stagiaire perçoit chaque mois une gratification n’ayant pas le caractère de salaire. Son montant est fixé par convention de branche ou par accord professionnel étendu ou, à défaut, par décret.

En savoir plus

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 411 autres abonnés